La dynastie RAULT : Quatre générations de Maîtres Verriers

Dans les années 1880, Emmanuel Rault travaille dans l’atelier Lecomte et Colin, 20 rue Ste Melaine, à Rennes, comme peintre sur verre.
En 1894, il rachète l’entreprise qu’il dirige jusqu’en 1926.Toutefois, à partir de 1905, il va connaître de grandes difficultés par manque de commandes conséquence de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat.
Ses deux fils, André (14ans) et Paul (16 ans), rachètent la dette de 100 000 f  résultant de cette période difficile et continuent l’affaire familiale. Il n’y a plus aucun salarié. Deux ans plus tard, ils seront 30 pour croître jusqu’à 50.
Ils prospectent sur la France entière, et les commandes rennaises sont nombreuses.

Ils signent de nombreux vitraux tel que ceux de l’église St Hélier, la  rosace en façade de l’église réformée, boulevard de la Liberté, Ker Anna rue St Louis, la clinique St Yves, des chapelles de collèges et lycées St Vincent, St Martin, la Providence, l’oratoire en dalle de l’Assomption, les 3 verrières de l’hôtel de ville,des verrières de l’église St Aubin relatant des épisodes de l’histoire de la Bretagne et l’incendie de la ville en 1721, sans oublier bien sûr la nouvelle église Ste Thérèse.
Tandis que Paul Rault travaille en particulier en Bretagne, André démarche le Canada et les États-Unis. Ce seront  les vitraux de 5 cathédrales et de 400 églises de Toronto, Vancouver, Winnipeg, Montréal, Détroit… qui seront confectionnés dans l’atelier de la place Hoche.

Confrontée aux problèmes de livraison, de mise aux normes de l’atelier devenu trop petit, l’entreprise s’est déplacée en 1990 à La Chapelle des Fougeretz.

En décembre 2004 Frédéric Rault, son fils Sébastien et sa fille Marie-Angélique, décident d’installer l’atelier à Pacé  sur le parc d’activités de la Teillais, sous le nom des Maîtres Verrier Rennais.

C’est donc la 4ème génération d’une entreprise familiale qui va continuer à  perpétrer le nom “Rault” des fondateurs dans le monde fermé des vitraux d’art.

Parmi leurs réalisations: La restauration de vitraux de la chapelle royale du château de Vincennes, de l’abbaye de Saint-Jean des Vignes à Soissons, de la chapelle bénédictine de Molsheim . À Rennes,ce sont la création des vitraux pour la salle de réception de la mairie et de la Banque Populaire de l’Ouest, place de la Trinité.

Laisser un commentaire